Les amants de feu - Bernard Simonay PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Fictions
Écrit par Tsaag Valren   
Mercredi, 03 Novembre 2010 20:33

 

Couverture des amants de feu

 

Je commence à croire que Bernard Simonay est l'improbable enfant de Sherlock Holmes et d'une globe-trotter : Des mythes et légendes qu'il connait sur le bout des doigts, des pays où il n'est pourtant jamais allé mais dont il parle avec tant de cœur qu'on s'y croirait, des histoires de meurtre (forcément !) et rien à faire, à chacun de ses nouveaux romans, je ne trouve jamais le coupable avant qu'il ne nous le dise !

Pensiez-vous que Les Amants de feu seraient l'exception qui confirme la règle ? Et bien non, même pas... mieux que cela, ce roman m'a fait rater deux stations de métros, tellement il est prenant !

 Résumé :

Les Highlands, 1937. Par une nuit brumeuse, la petite Aileen aperçoit sur la lande un couple hurlant consumé par les flammes. Vingt ans plus tard, mariée à un brillant médecin, Aileen n'a pu oublier cette vision d'horreur. Lorsqu'elle revient à Inverdeen, la ville de son enfance, afin de classer les affaires de sa défunte mère, rien n'a changé. Les habitants craignent toujours la légende des Amants de Feu et subissent la haine ancestrale qui oppose les Mac Murhan aux Mac Cullins. La tension redouble lorsque, un à un, les membres de l'un des deux clans sont victimes d'un véritable jeu de massacre. Or, tous savaient que l'extermination de leur famille avait été prédite six siècles plus tôt... Crimes cupides, vengeance ou réelle malédiction ? De simple témoin de l'affaire, Aileen devient la proie d'un cauchemar dont elle ne se réveillera pas indemne. Un roman à l'odeur de soufre, un suspense au cœur des Highlands, en Écosse, terre de légendes par excellence.

Avis :

J'ai déjà dit tout le bien que je pense des ouvrages de Bernard Simonay, qu'il est impossible de lâcher, surtout quand viennent les dernières pages. L'écriture a quelque chose de cinématographique, avec ses scènes mémorables et ses dialogues très cohérents, que l'on imagine sans mal entendre dans l'Écosse de 1957. Finalement, Bernard est peut-être le fils d'un prestidigitateur (pour sa capacité à détourner notre attention du coupable au bon moment), et d'un réalisateur. 

Si vous avez déjà lu ses romans vous ne serez pas autant dépaysé qu'il se pourrait ! Car on retrouve ici bien des attributs du roman Simonaysque, à commencer par la description grandiose des paysages dès les premières pages, puis une héroïne forte dotée d'un sacré caractère et d'une logique implacable, enfin, des personnages richement dépeints, qu'il est facile d'aimer ou au contraire de détester... une petite différence, peut-être, réside dans un style d'écriture plus américain que de coutume, avec moins de ces phrases que d'aucuns ont jadis qualifiées d'ampoulées. Puisque j'aime les longues phrases emplies de mots rares voire tarabiscotés, cela m'a (un peu) manqué.

Bernard Simonay est l'un des rares auteurs qui refusent de se laisser enfermer dans un cadre (fantasy, roman historique, thriller, il a fait de tout !), et de plus, parviennent à écrire à la façon des anglo-saxons en restant cohérents du début à la fin.

On se laisse prendre au charme de cette Écosse de 1957, au cœur d'un village qui, bien qu'imaginaire, est criant de vérité. On pourrait craindre quelques stéréotypes entre les buveurs de whisky, les fantômes, la superstition populaire, et la rivalité entre les clans Mac Murhan et Mac Mullins, mais l'ensemble est traité avec finesse et intelligence. Les ficelles Simonaysques (je vais breveter cette expression, tiens) se mettent en place, avec les défauts de leur qualité : pour qui connait dejà bien l'univers de l'auteur, bien qu'on ne devine pas le coupable jusqu'à la fin, le message est encore le même, et lorsque l'inquiétante atmosphère légendaire se dissipe quelque peu sous la logique redoutable d'Aileen, ma foi... on n'est pas tant surpris !

C'est un roman fantastique, bien sur, cruel par moments, mais sans tomber dans le macabre. On en apprend sur les kelpies, le Whisky, et quelques habitudes de nos amis de la Auld alliance. Passionnante jusqu'à la dernière page, l'intrigue est toutefois un peu difficile à admettre après réflexion. Mais on s'en fiche, tant qu'on ressort de ce roman captivé et plus instruit ! 

Bernard Simonay

Les amants de feu

Presses de la Cité - Domaine français

19,50 €

 
Accueil Fabybliothèque Fictions Les amants de feu - Bernard Simonay