Centre de l'imaginaire arthurien et Hagford Filmmaking Group – Lanval PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
De l'elficologue
Écrit par Tsaag Valren   
Mardi, 03 Août 2010 11:26

 Affiche de l'expo Lanval

 

L'exposition Lanval repose sur une idée originale du Centre de l'Imaginaire Arthurien : rassembler des artistes français et anglais autour du lai de Lanval, vous savez, ce chevalier qui rencontre une belle dame venue de l'autre monde, doit se justifier de son amour à Guenièvre, puis échappe de justesse au châtiment. Fées, chevalier et cour arthurienne, de quoi inspirer des grands noms comme Brian Froud et Olivier Ledroit, voyez plutôt :

Le lai de Lanval est un poème écrit par Marie de France à la fin du XIIème siècle, et ce texte a été choisi conjointement par Claudine Glot et Elizabeth-Jane Baldry afin d'illustrer le projet "partager nos légendes". Les éditions Artus viennent de renaître de leurs cendres (qui n'ont jamais dû tout à fait refroidir grâce au feu du dragon), et nous proposent le livre Lanval, présentatuon de l’historique du projet et du travail qu'ont effectué 26 artistes (13 anglais et 13 français) pour mettre cette histoire en images.

Lanval, ce n'est donc pas qu'un livre, mais aussi une exposition présente au Château de Comper-en-Brocéliande du 1er juillet jusqu'au 31 août. Et un film, réalisé par le Chagford Filmmaking Group.

Pour découvrir ce film, il faudra patienter un peu et cela fait nul doute que nous en reparlerons, mais les photos de productions présente dans le livre Lanval en offrent déjà un bel aperçu : féerie, repas servi dans une assiette surmontée d'un dragon vert, dames coiffées de couronnes de fleurs, on peut voir aussi qui joue qui, et dans quel cadre enchanteur.

Les illustrations du lai de Lanval présenté dans l'ouvrage sont tout bonnement éblouissantes, s'y mêlent de la peinture traditionnelle et numérique, des poupées de collection mises en scène pour l'occasion, des sculptures, des bijoux et des collages.  Certains noms vous seront sûrement connus, comme celui d' Olivier Ledroit, de Séverine Pineaux (et ses arbres), ou de Brian et Wendy Froud, dont le film Dark crystal est culte chez les connaisseurs du petit peuple... c'est aussi l'occasion de découvrir de nouveaux styles, j'ai notamment été frappée par les dessins colorés de trois artistes anglais, pleins de vie et de joie, là où nous étions plutôt habitués au style gothique et sombre d'Olivier Ledroit. Plus étonnant encore, le dessin est en harmonie avec le style vestimentaire de ses auteurs, lui aussi très coloré et plein de fleurs ! C'est finalement à cela que servent les projets européens, non ? Un petit bémol toutefois concerne le choix qu'ont dû faire les rédacteur du livre afin que l'ouvrage ait un côté bilingue : ce sont les biographies des auteurs anglais que l'on trouve dans leur langue d'origine. J'aurais personnellement préféré le voir traduit de bout en bout, mais ne boudons pas notre plaisir, le travail effectué sur cet ouvrage pour rendre les illustrations à leur juste valeur est admirable.

Quid des textes, qui sont souvent le point faible des ouvrages graphiques ? Les premières pages, consacrées à la présentation du projet et du lai, sont rédigées par ces spécialistes de la plume que sont Claudine Glot, Nicolas Mezzalira, Christine Ferlampin et Philippe Le Guillou. Ils nous font découvrir les différents aspects de cette œuvre grâce à la vision de l'historien, à celle de l'amoureux des vers, puis du chercheur de belles histoires d'amour. Cerise sur le gâteau, puisqu'un ouvrage parlant de fées ne saurait se passer de son spécialiste incontesté, Pierre Dubois nous gratifie de quelques pages exaltant la "beauté à nulle autre pareille".

Un ouvrage dédié à ceux qui cherchent la beauté des images et des mots, et qui malgré ce que je nommerai "un tout petit problème de bilinguisme" mérite largement que vous vous y plongiez.

Centre de l'imaginaire arthurien et Hagford Filmmaking Group

Lanval

Editions Artus

 

 
Accueil Fabybliothèque De l'elficologue Centre de l'imaginaire arthurien et Hagford Filmmaking Group – Lanval