Procès de loup-garous PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Lycanthropes
Écrit par Tsaag Valren   
Mardi, 19 Mai 2009 22:13

Procès de loup-garou

Les loup-garous furent, comme les sorcières d'ailleurs, persécutés et torturés lors d'affreuses parodies de procès. Contrairement à ce que l'on croit bien souvent, les procès de loup-garous ne sont pas cantonnés au bas moyen-âge car ils se poursuivent légalement en France jusqu'à la fin du XVIIe et la clôture de la chambre ardente. La lycanthropie fut alors reconnue comme une maladie - et les lycanthropes comme non-responsables de leurs actes. Du XVe siècle à l'époque moderne, les affaires impliquant des loup-garous ont toujours existé, en voici un bref aperçu... et je déconseille très sérieusement la lecture de cet article aux enfants de moins de douze ans !

Au XVe siècle, l'empereur germanique Sigismond réunit un collège qui conclut à l'existence des loup-garous, et c'est aux XVIe et XVIIe siècles que les procès de lycanthropes sont les plus nombreux. De la fin du Moyen Âge à la Renaissance, et en un peu plus de cent ans, on dénombre près de 30 000 procès de loup-garous en France. En Europe, XVe au XVIIIe siècle, près de 100 000 personnes auraient été reconnues comme loup-garous.

Les « hommes-loups » ravageaient les campagnes et s’attaquaient aux animaux comme aux être humains, de préférence aux femmes et aux enfants. Lorsqu'un individu était reconnu loup-garou, il était généralement écorché vif car la légende veut que son pelage se trouve sous sa peau humaine (il n'a qu'à la retourner pour se transformer). Ensuite, il est exécuté sur le bucher ou par pendaison après une série de tortures fort inventives...

Dans certains cas, il y avait des preuves de meurtre et de cannibalisme contre les accusés, mais aucune d'association avec des loups, dans d'autres cas, les gens avaient été terrifiés par des loups sans prendre d'homme sur le fait. Les accusés qui réchappaient (miraculeusement) à l'exécution furent probablement marqués à vie par le traumatisme de l'interrogatoire. Les lycanthropes étaient haïs des inquisiteurs, et l'un des plus célèbres d'entre eux, Henry Boguet, eut d'ailleurs à juger sur Saint-Claude neuf cas impliquant des loup-garous. Selon lui (et comme le pensaient la majorité des gens de l'époque), le loup-garou était une manifestation directe de l'intervention du Diable : Satan abandonnait le lycanthrope endormi dans un buisson et en faisait sortir un loup.

Le statut des loup-garous posa de nombreux problèmes à l'église catholique, en effet, si les loups sont des créatures tout à fait naturelles, les loup-garous étaient considérés comme une manifestation du démon, or, la Bible ne donne aucune explication à leur propos et les théologiens furent forcés de la trouver eux-mêmes. En affirmant que le démon peut transformer un corps humain en celui d'un loup, ils contredisent l'un des fondements de la religion chrétienne selon lequel Dieu seul possède le pouvoir de création. L'explication selon laquelle un démon ou un sorcier peut projeter son âme dans le corps d'un loup fut également rejetée car il s'agit d'une altération de la réalité divine qui implique que le démon ou le sorcier possède des pouvoirs équivalents à ceux de Dieu. Une explication acceptée fut celle selon laquelle « le Diable est une illusion, Dieu seul peut réaliser de vrais miracles, mais les démons peuvent réaliser de faux miracles, inexplicables dans les éléments du monde. Les démons peuvent faire paraître présentes des choses inexistantes, faire apparaître un objet sous une forme qui n'est pas la sienne et cacher ce qui se trouve réellement là pour faire croire à son absence ».

Bref historique des accusations et affaires de lycanthropie

  • En 1440, le célèbre compagnon de Jeanne d'Arc, Gilles de Rais, surnommé Barbe bleue, fut entre autres crimes accusé de lycanthropie et d'actes de barbarie. Il fut exécuté en place publique.
  • En 1521, Pierre Burgeot et Michel Verdun furent accusés d'être des loup-garous par le prieur du couvent dominicain de Poligny, Jean Bodin. Le procès eut lieu à Besançon et attira une foule nombreuse. Les deux accusés furent déclarés coupables et brûlés vifs, Leur portrait demeura affiché dans l'église locale pour rappeler ce que les hommes sont susceptibles de faire sous l'influence du démon.
  • En 1542, cent cinquante loup-garous se réunirent sur une place de Constantinople selon Henry Boguet.
  • En automne 1573, alors qu'une terrible famine sévissait, les villageois de la Dole furent terrorisés par des crimes commis sur des enfants retrouvés déchiquetés et dévorés. Il y avait des preuves d'attaques par des loups mais aucune contre un être humain. Suite à une autorisation du Parlement dolois de « s'assembler avec épées, hallebardes, piques, arquebuses et autres bâtons », les soupçons se portent sur Gilles Garnier, un marginal qui vivait avec sa femme en pleine forêt à l'ermitage Saint-Bonnot. Il fut conduit par un groupe d'habitants au tribunal de Dole. Après ses aveux, les minutes du tribunal du 18 janvier 1574 précisèrent le verdict : « Gilles Garnier, tombé en sorcellerie, ayant pris et occis plusieurs enfants de 6 à 12 ans tant avec ses mains semblant pattes qu'avec ses dents, la Cour le condamne à être aujourd'hui trainé à l'envers sur une claie depuis la conciergerie de Dole jusqu'au tertre de ce lieu et y être brûlé vif... ». L'un de ses chefs d'accusation était d'avoir commit des actes de cannibalisme un vendredi, jour où la consommation de viande est interdite.
Procès de loup-garous
  • En 1584, Pierre Gandillon et son fils Georges furent arrêtés et accusés d'avoir assassiné et dévoré de nombreux adolescents sous l'influence d'un onguent dont ils s'étaient enduit le corps. Ils se déplaçaient à quatre pattes, avaient des ongles épais, durcis par l'âge et aiguisés comme des griffes.
  • En 1589 eut lieu le procès et la mise à mort de Peter Stumbb, célèbre tueur en série allemand pratiquant le cannibalisme. Il était connu sous le nom de loup-garou de Bedburg. Lors de son procès, il a clamé que le diable lui avait donné une ceinture magique qui lui a permis de se métamorphoser dans « la similarité d'un loup, avide, fort de voracité et puissant, avec de grands yeux larges qui miroitaient comme le feu dans la nuit, une bouche grande et large avec des dents pointues, un corps énorme, et des pattes puissantes ».
  • En 1598, dans la vallée de la Loire, Jacques Rollet, un simple d'esprit qui se prenait pour un loup, fut découvert à proximité du cadavre ensanglanté d'un jeune garçon de 15 ans. Il était connu sous le nom de loup-garou de Caude. Selon les témoignages, il avait fuit le lieu de son forfait et fut retrouvé à moitié nu dans les bois. Ses longs cheveux et sa grande barbe étaient emmêlés, ses mains couvertes de sang serraient encore des morceaux de chair. Pendant son jugement, il raconta qu'il avait assassiné des juges, des avocats et des baillis en précisant que la chair de ces derniers était dure et insipide. La cour l'avait condamné à mort mais il fut considéré comme mentalement déficient et interné dans un asile où il resta deux ans.
  • Le cas non daté d'un tailleur sadique est rapporté. Il errait déguisé en loup dans les forêts au crépuscule, et s'attaquait aux jeunes et aux enfants pour leur ouvrir la gorge. Il en attirait d'autres dans son échoppe, les frappait et leur tranchait le cou avant de les découper comme de la viande de boucherie. Il mourut sans manifester de remords et le compte rendu du procès aurait été si horrible que la cour préféra ne pas le conserver, ordonnant sa destruction.
  • En 1603, Jean Grenier d'Aquitaire, un enfant de treize ou quatorze ans, fut accusé d'être un loup-garou. Mentalement déficient et physiquement retardé, il fut néanmoins considéré comme responsable de disparitions d'enfants, dont celle d'un nourrisson dans son berceau. Après son arrestation, il admit avoir dévoré quinze enfants et se dit fils d'un prêtre. En réalité, son père était un valet de ferme qui l'avait souvent battu et pour lui échapper, Jean s'était enfui, livré à lui-même, il pratiqua occasionnellement le métier de vacher, se livra à la mendicité et vécut d'une manière totalement sauvage. Le juge prit en compte son âge et ses déficiences, et ordonna son internement à vie dans un cloitre. Sept ans plus tard, Pierre de Lancre lui rendit visite et Jean Grenier était squelettique, ses yeux enfoncés brûlaient d'une lueur inquiétante, ses mains ressemblaient à des serres aux ongles recourbés, ses dents étaient longues et pointues. Il imitait les loups, se déplaçait à quatre pattes et avec agilité. Il avait toujours refusé de s'alimenter normalement et préférait dévorer des immondices. Une année après cette visite, Jean Grenier mourut en laissant un souvenir impérissable d'enfant-loup.
Ce dernier cas modifia légèrement l'attitude des juges sur les affaires de loups-garous, mais il faudra attendre 1682 pour que la lycanthropie soit reconnue comme une maladie.
  • En 1692, à Jurgenburg en Lituanie, une exception notable à l'association de Lycanthropie et du Diable est relatée par un dénommé Thiess. Il témoigna sous serment que lui et d'autres loups-garous étaient les chiens de chasse de Dieu, affirma qu'ils étaient des guerriers revenus de l'Enfer où ils firent la bataille contre les sorcières et les démons. Leurs efforts auraient contribué à ce que le Diable et ses séides ne l'emportent pas. Thiess fut ferme dans ses affirmations, selon lui, les lycanthropes d'Allemagne et de Russie participèrent également à la bataille contre les serviteurs du diable en Enfer, il insista sur le fait que lorsque des lycanthropes mouraient, leurs âmes étaient accueillies au ciel en récompense de leurs services. Thiess fut finalement condamné à dix coups de fouet pour idolâtrie et croyances superstitieuses.

Au cours du XVIIe siècle, les explications des médecins mirent un terme à la plupart des tortures et mises à mort, toutefois, dans les campagnes, on continuait à craindre le loup-garou. De nombreux cas d'attaques d'animaux sur des troupeau ou, plus rarement, des hommes, firent ressurgir la légende à l'époque moderne. Plus proche de nous, une expérience tentée par la Fox Broadcasting Company, qui avait créé un numéro de téléphone pour signaler la présence de lycanthropes, prouve qu'aujourd'hui, les personnes qui se croient loup-garou ou qui croient en avoir vu sont très nombreuses.

  • En 1764, la bête du Gévaudan terrorisa l'actuelle Lozère. On dit que cette bête n'était pas naturelle et si elle fut décrite comme un loup géant, d'autres la croient loup-garou.
  • En 1766, la « bête de Sarlat », à Sarlat en Dordogne, fit une quinzaine de victimes. L'affaire ne fut pas tout à fait élucidée, pas plus que celle de la « bête de Noth », en Suisse.
  • Avant la première guerre mondiale, trois loup-garous hantaient les Ardennes belges. A la même époque, en Écosse, la rumeur publique accusait un berger des environs d'Inverness d'être un loup-garou.
  • En 1925, un jeune garçon d'un petit village alsacien proche de Strasbourg fut accusé à son tour
  • En 1930, un loup-garou terrorisa la banlieue parisienne, à Bourg-la-Reine
  • Pendant la seconde guerre mondiale, un soldat américain de vingt ans se prit pour un loup-garou après avoir absorbé du LSD et de la strychnine pendant qu’il se trouvait dans une forêt en Allemagne. Il vit pousser une fourrure sur ses mains et sur son visage et ne put résister à l'envie de chasser et d'attraper des lièvres vivants pour les dévorer. Il erra ainsi plusieurs jours durant avant de revenir à sa caserne. Il entendait des voix désincarnées et avait des visions sataniques, il affirmait être possédé par le démon et posséder des pouvoirs extraordinaires. Il fut redirigé vers une clinique de jour mais après deux visites, il disparut.
  • En 1946, une bête mystérieuse présentant toutes les caractéristiques d'un loup-garou terrorisa une réserve Navajo, en Amérique du Nord.
  • En 1946 et 1947, l'affaire de la « bête du Valais », en Suisse, ne jamais élucidée.
  • En 1949, à Rome, la police dû enquêter sur un étrange cas de lycanthropie : tous les mois, à la pleine lune, l'un des citoyens de cette ville était en proie à d'inquiétantes hallucinations et poussait des hurlements sinistres.
  • En 1957, des loups-garous s'attaquèrent aux pensionnaires d'un foyer d'infirmières à Singapour.
  • En 1975, les journaux anglais rapportèrent la tragique histoire d'un jeune homme de dix-sept ans, originaire du village d'Eccles hall, qui se croyait sur le point de se transformer en loup-garou. Pour mettre un terme à ses souffrances, il se plongea un couteau à cran d'arrêt dans le cœur. Une enquête fut ouverte après sa mort et l'un de ses compagnons de travail révéla que le malheureux avait téléphoné avant son geste fatal en disant « Que son visage et ses mains changeaient de couleur et qu'il était en train de devenir un loup-garou ».
  • Vers 1977, une femme de quarante-neuf ans se prenait pour une louve et en adoptait le comportement. Elle faisait des rêves érotiques où elle se livrait à des orgies avec d'autres femmes, accompagnée d'un loup dont elle sentait « le fascinant regard rivé sur elle et le souffle tiède sur sa nuque la nuit ». Elle ne put résister longtemps à ses pulsions et lors d'une réunion de famille, elle se déshabilla complètement et se mit à quatre pattes devant sa propre mère, dans la position d'une louve en chaleur. Le lendemain soir, elle grogna pendant deux heures et lacéra son lit conjugal avec ses ongles et ses dents après avoir eu des relations sexuelles avec son mari. Selon elle, « le Diable avait pris possession de son corps et l'avait transformée en animal ».
  • En 1978 au sud du Brésil, une petite collégienne de 16 ans, Rosario do Sul, était en proie à des visions démoniaques et disait que l'esprit d'un loup féroce s'était emparé d'elle.
  • En 1994, la « bête de Senonges » dans les Vosges, égorgea plus de 80 animaux.
  • En 2003, un homme est poursuivi pour avoir massacré son épouse à coups de couteau. Ses déclarations tenues devant le tribunal criminel de Lausanne, en Suisse furent : « J’ai vu ses canines pousser. Elles dégageaient une odeur étrange. Comme celles d’un loup-garou ». L’accusé a conservé « un contact avec la réalité », indiqua de son côté l’expert psychiatrique

Après toutes ces affaires, peut-on prétendre que le loup-garou n'a aucune forme de réalité ? La question reste ouverte et si vous souhaitez en apprendre plus, l'article de Wikipédia est là pour ça ;)