Observatoire

 L'observatoire est une joyeuse plate-forme d'où on consigne toutes sortes de choses à propos des êtres et créatures fabuleux. Il doit beaucoup au travail de l'elficologue Pierre Dubois et à Jorge luis Borges, l'auteur du livre des êtres imaginaires, qui dit un jour que la zoologie des songes est plus pauvre que la zoologie de Dieu. Les cabalistes de l'imaginaire lui dédient ce site mais pensent aussi qu'il a pu se tromper sur ce point, voyez plutôt...



Un procès de sorcellerie contre… des fées ! PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Fées, elfes & lutins
Écrit par Tsaag Valren   
Samedi, 13 Novembre 2010 14:46
File:EtnaAvió.JPG

Vous saviez sans doutes que bien des femmes, mais aussi des animaux (le coq qui a pondu un œuf de coquadrille, la truie qui a dévoré un nourrisson ou encore les rats qui apportent la peste) ont été accusés de sorcellerie au fil une époque au nom pourtant joli de Renaissance. Du XVIe siècle finissant au milieu du XVIIe, des procès uniques ont marqué les annales siciliennes : les accusés ont rencontré le Diable et des sorcières lors d’un sabbat, dit-on. Rien de nouveau sous le soleil de Sicile ? Erreur, car la réunion incriminée aurait été organisée par… les fées et les elfes !

Lire la suite...
 
Les fées au Moyen Âge PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 35
MauvaisTrès bien 
Fées, elfes & lutins
Écrit par Tsaag Valren   
Jeudi, 28 Octobre 2010 18:12

 

Les universitaires, tels Laurence Harf-Lancner, disent que la fée est née au Moyen Âge à travers ce qui apparaît, selon les propres mots de Jacques Sirgent, "comme un îlot d'espoir dans une époque de barbarie épouvantable" : la littérature de l'Amour courtois. Je ne pense pas que le Moyen Âge ait été si barbare qu'il le croit, mais là n'est pas la question... voici l'histoire de la fée médiévale et de ses deux illustres représentantes que l'on connait par la croyance populaire et les premiers romans : L'amante à l'inégalable beauté et la fileuse du destin. Si trois noms reviennent souvent (Morgane, Viviane et Mélusine), elles n'ont pas été les seules, loin de là...

En haut : La mort d'Arthur, par James Archer. Peinture préraphaélite, je crois (à confirmer).Source : Wikimedia Commons.

Lire la suite...
 
Lindworn PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 
Dragons & serpents
Écrit par Tsaag Valren   
Mercredi, 29 Septembre 2010 17:28
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5c/Lindwurm.jpg

On connait vaguement les lindworms, ou lindwurms, comme des reptiles plus tout à fait serpents mais pas encore dragons, qui hantent la Scandinavie, l'Allemagne et l'Europe centrale. Ils affectionnent surtout les cimetières où, portés par leur deux pattes, ils s'en vont déterrer les cadavres dont ils se nourrissent... ce qui ne les empêche pas d'aller croquer quelques vaches fraîches dans les fermes des alentours, voire bon nombre de jeunes filles, vierges de préférence. Moins dangereux que les dragons car incapables de quitter le sol, les lindworms n'en sont pas moins terrorisant... et d'une laideur proverbiale. 

Lire la suite...
 
Pourquoi on ne traduit pas fairies par fées, point parfait, pas refait ? PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
Fées, elfes & lutins
Écrit par Tsaag Valren   
Mardi, 21 Septembre 2010 12:23

FéeLa linguistique, ce n'est pas toujours fantastique malgré la rime, ce serait plutôt ennuyeux et source de répétitions par milliers ! Ainsi qu'annoncé un peu plus bas, l'équipe du Fabyrinthe travaille à rassembler toute la documentation des fées de Cottingley en ce moment même.  Mais... c'est déjà une erreur que de traduire Cottingley fairies par "les fées de Cottingley" en français, même si tout le monde l'a fait avant.

Et pourquoi donc, créboudiou ?  

On peut lire l'éminente spécialiste anglaise Katharine Mary Briggs, qui décrit les fairies comme étant une multitude de petits personnages issus de la mythologie nordique et du folklore païen, comme les lutins, elfes, trolls, gnomes ou korrigans. On peut écouter Pierre Dubois parler des fées comme d'esprits féminins, marraines, devineresses, enchanteresses, qui ne font pas commerce avec les humains mais leur ouvrent plutôt doucement les portes de leur royaume, à condition qu'ils respectent les règles. Pas grand chose à voir avec les lutins taquins !

Heureusement, un peu plus tard (phénomène de mode aidant...) on a généralisé l'emploi du mot "petit peuple" pour traduire fairies. Car les fées anglaises, ce ne sont pas les belles et mystérieuses Morgane et Viviane, pas encore tout à fait les Margot des campagnes bretonnes, non, ce seraient plutôt les Tiffenottes de Lorraine (il y a des lorrains ici ?). Bon, d'accord, mettons qu'elles ressemblent à la fée clochette, même si je risque de sévères représailles avec un tel rapprochement. Soit dit par là, elles paraissent toutes petites et portent fièrement leurs ailes de papillon, puis se révèlent plus farceuses que séduisantes, même si d'aucuns ont dit que c'est une simple façade. Enfin... autre débat.

Pour simplifier, fairies peut désigner aussi bien une fée qu'un lutin, un troll ou un elfe en anglais. Et même s'il s'agit d'une fairie parfaitement fée, elle n'est pas fayte ainsi que les nôtres !  Le prochain que je vois traduire fairies par fée sans avant cela se renseigner, ma foi, je l'assomme avec un cimeterre en mousse (et 1d8, même en mousse, a fay mal !)

Vive le petit peuple de Cottingley ! (Benwi, il y a une photo de gnome dans les 5...)

 
Investigations sur les fées de Cottingley ! PDF Imprimer Envoyer
Fées, elfes & lutins
Écrit par Tsaag Valren   
Mercredi, 15 Septembre 2010 19:04

 

5° et dernière photo des fées de Cottingley

 

Comment, des investigations 90 ans après l'effet les fées les faits ? Pardon, mais il se dit qu'en 1917, deux petites cousines du nom d'Elsie Wright et de Frances Griffiths s'en reviennent en leur petit coin de Yorshire natal (Cottingley), près de Bradford. Cette année là, puis en 1920, elles prennent cinq photos montrant clairement des fées et un gnome. L'affaire attire l'attention de Sir Arthur Conan Doyle himself, qui illustrera un article dans l’édition de Noël 1920 deThe Strand Magazine. La réaction du public est plus mitigée.

L'intérêt pour les fées de Cottingley a graduellement diminué après 1921. Les deux filles ont grandi, se sont mariées et ont vécu à l'étranger un certain temps. En 1966, un reporter du journal Daily Express retrouve Elsie, alors de retour au Royaume-Uni. et au début des années 1980, les deux petites filles devenues de vieilles femmes disent que les photographies sont des trucages fabriqués à partir de fées en carton découpées dans un livre. Pourtant, Frances a toujours affirmé que la cinquième et dernière photo est authentique. Enfin... tout celà, vous le saviez, non ?

Et pourquoi ressortirait-on cette affaire ici et maintenant ? Ben... une célèbre encyclopédie en ligne du nom de Wikipédia organise un concours doté du nom de ... Wikiconcours, auquel participe une partie de l'équipe du Fabyrinthe. Le thème qu'ils ont choisi, c'est "Vampires et paranormal". Rien que !

L'article des fées de Cottingley devrait très vite être enrichi de toutes sortes d'informations que vous ne connaissiez peut-être pas... On ne peut que vous conseiller de garder un œil attentif dessus !

Sources : 

: Article des fées de Cottingley de la wikipédia francophone

Quand : 15 septembre - 15 novembre

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 de 17
Accueil Observatoire