Observatoire

 L'observatoire est une joyeuse plate-forme d'où on consigne toutes sortes de choses à propos des êtres et créatures fabuleux. Il doit beaucoup au travail de l'elficologue Pierre Dubois et à Jorge luis Borges, l'auteur du livre des êtres imaginaires, qui dit un jour que la zoologie des songes est plus pauvre que la zoologie de Dieu. Les cabalistes de l'imaginaire lui dédient ce site mais pensent aussi qu'il a pu se tromper sur ce point, voyez plutôt...



Chat-vampire des Nabeshima PDF Imprimer Envoyer
Métamorphes
Écrit par Tsaag Valren   
Jeudi, 28 Janvier 2010 01:44

 

Chat-vampire des Nabeshima

 

Le chat-vampire des Nabeshima est un inquiétant gros chat noir, qui est aussi le héros d'une légende japonaise. Avec le chat-revenant des Aïnous, celui qui est né des cendres d'un monstre, et celui à deux queues d'Okabe, le chat vampire de Nabeshima est est l'un de ces chat démons ou chat vampires qui terrorisent les japonais...

Lire la suite...
 
Dis moi ton nom, lycan, je te dirai d'où tu viens PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 
Lycanthropes
Écrit par Tsaag Valren   
Samedi, 02 Janvier 2010 00:51

 

Loup garous dans les légendes rustiques de George Sand

 

Les lycanthropes sont des créatures que j'affectionne particulièrement bien qu'ils soient détestables aux dires du folklore. S'ils se disputent en popularité avec les vampires, ils sont aussi beaucoup plus répandus que ces derniers, voyez combien de noms leur sont donnés dans les pays du monde et les argots des anciennes provinces, c'est édifiant...

Lire la suite...
 
Helhest PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Chevaux
Écrit par Tsaag Valren   
Jeudi, 31 Décembre 2009 01:16

 

 

 

Helhest

 

 Le Helhest (ou Helhesten) devrait parler aux plus germanophones d'entre vous. Dans le Danemark et le Schleswig, ce cheval à trois jambes associé au royaume des morts (Hel) et à la déesse des morts (Hel aussi) est mentionné la première fois par l'un des frères Grimm, puis pendant tout le XIXe siècle. Monté par la Mort, il annonçait la maladie, les accidents et surtout les décès. Il pouvait être le fantôme d'un cheval que l'on enterrait vivant sous les cimetières, afin qu'il revienne guider les morts comme psychopompe. La tradition veut que que toute personne qui voie le Helhest soit sur le point de mourir, c'est la vision du cheval qui s'avérait fatale, ceux qui l'entendaient approcher sur ses trois jambes — le son de ses pas TAC. TAC. TAC étant aussi connu que le grincement de charrette de l'Ankou — ou qui le voyaient étaient aussi sur le point de fermer les yeux et de s'en aller...

Lire la suite...
 
Mythe de Sleipnir PDF Imprimer Envoyer
Chevaux
Écrit par Tsaag Valren   
Mercredi, 30 Décembre 2009 02:41

 

Sleipnir

On connait Sleipnir de nom, souvent par les chevaliers du zodiaque ou une chanson de Manowar... C'est de la mythologie nordique que vient un cheval fabuleux à huit jambes, capable de se déplacer au-dessus de la mer comme dans les airs et monture habituelle du dieu Odin. Il est mentionné dans l’Edda poétique, une série de textes compilés au XIIIe siècle à partir de sources plus anciennes, et dans l’Edda en prose, rédigée à la même époque par Snorri Sturluson. C'est est le fils du dieu Loki et d'un puissant étalon, Svaðilfari« Le meilleur de tous les chevaux » et le plus rapide. Il devient la monture d'Odin qui le chevauche jusque dans la région de Hel ; toutefois, le dieu s'en sert surtout pour traverser le pont Bifröst afin de se rendre à la troisième racine d'Yggdrasil, là où se tient le conseil des dieux. L'Edda en prose donne de nombreux détails sur les circonstances de sa naissance et précise, par exemple, qu'il est de couleur grise. Sleipnir est également mentionné dans une énigme figurant dans la Saga de Hervor et du roi Heidrekr, ainsi que dans la Völsunga saga, comme ancêtre du cheval Grani. L'un des livres de la geste des Danois de Saxo Grammaticus au XIIIe siècle contient aussi un épisode qui, selon de nombreux érudits, le concernerait ce cheval. Il est représenté sur plusieurs pierres historiées de Gotland vers le VIIIe siècle.

Lire la suite...
 
Corne de licorne PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 
Licorne
Écrit par Tsaag Valren   
Mardi, 22 Décembre 2009 04:57

 

Corne de licorne

 

La corne de licorne est ce fameux objet que l'on supposait être, au Moyen Âge et à la Renaissance, la corne unique ornant le front de la licorne. Dotée de nombreux pouvoirs magiques et de vertus de contrepoison mentionnées dès le XIIIe siècle, elle devint l'un des remèdes les plus chers et les plus réputés au cours de la Renaissance. Des objets présentés comme d'authentiques « cornes de licorne » s'échangèrent et pouvaient être acquis chez les apothicaires comme contrepoison universel, du Moyen Âge jusqu'au XVIIIe siècle, après la découverte du narval, l'animal porteur véritable de cette corne, qui s'avéra être en réalité une dent particulière. La croyance aux pouvoirs de la « corne de licorne » a notamment influencé l'alchimie à travers la médecine spagyrique, mais est également à l'origine d'une série de tests sur ses propriétés de purification relatés dans des ouvrages qui annoncèrent les prémices de la méthode expérimentale, comme celui d'Ambroise Paré.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 de 17
Accueil Observatoire