Arpentent ces pages...

Nous avons 62 invités en ligne
Richard Ely 24-05-10 PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrivains
Écrit par Tsaag Valren   
Samedi, 05 Juin 2010 18:00

 

Richard Ely

 

 

Au Printemps des Légendes de Monthermé, j'ai eu l'occasion de rencontrer un jeune spécialiste des fées, celui qui s'occupe du site internet Peuple féerique et dont le nom ne devrait pas vous être inconnu : Richard Ely. Voyons comment il est tombé dans la marmite féérique et quels sont ses projets...

Tsaag Valren : Bonjour Richard Ely, dis-moi, comment en es-tu venu à t’intéresser aux fées ?


Richard Ely : Tout petit, je suis tombé dedans tout petit ! Mon seul ami imaginaire était un nuton, je vivais dans le village d’Ellezelles, en Belgique, qui est un village sorcier très connu pour ses sabbats et son folklore légendaire. Après je me suis intéressé au fantastique : les œuvre de Thomas Owen, Jean Ray, et puis Claude Seignolle un peu plus tard, qui renouait avec le folklore.


T.V : Tu aimes les mêmes auteurs que Pierre Dubois, c’est un hasard ?
R.E. : Pierre Dubois, je l’ai rencontré assez jeune parce qu’il connait très bien Ellezelles. Il y vient souvent mais je l’ai rencontré plus tard à travers ses œuvres. C’est vraiment le côté croquemitaines et sorcières au départ qui m’a attiré, et puis tout petit, ce petit nuton dont je t’ai parlé.


T.V : Le nuton, finalement, c’est une légende belge et ardennaise que nous autres français (surtout parisiens) connaissons assez mal. Nous ne sommes pas dedans, et pourtant d’après ce que tu dis, il est foisonnant, le légendaire belge, non ?
R.E. : Le légendaire belge est très marqué par le Moyen Âge et la sorcellerie. Les saints se sont implanté avec la chrétienté qui a caché le folklore féérique, mais il est resté sauvegardé, caché, et finalement c’est très intéressant de creuser, de remonter des pistes, car il reste des traces de tout cela.

Songes d'une nuit de fées

T.V : En parlant de traces, on s’est amusés avec un ami à relever les traces du cheval de Roland, et puisque le festival est consacré aux 4 fils Aymon et au cheval Bayard, je me demandais si tu as retrouvé les traces de ce cheval légendaire, de ton côté ? Il existe côté belge et côté français
R.E. : Alors ce n’est pas mon dada ! Mais tu as raison oui, il reste des traces, d’ailleurs, j’en parlais avec un ami néerlandophone il n’y a pas longtemps [en Belgique il y a deux régions linguistiques, les flamands (qui parlent néerlandais) et les wallons (qui parlent français)] , du cheval Bayard. J’étais très étonné de découvrir qu’en Flandre, cette légende est ancrée notamment dans la région de Dendermonde. Pour eux le cheval Bayard vient de là-bas. Et mon ami ne connaissait pas du tout le cheval Bayard de Wallonie, celui de Namur et Dinant, ou encore Ath en Belgique, ni celui de France, dans les Ardennes. On se rend compte que cette légende traverse, comme cela, plusieurs pays.


T.V. : Une preuve s’il en fallait que les légendes n’ont pas de frontières ! Avant de terminer, peux-tu nous dire sur quoi tu travailles ?
R.E. : Depuis 2 ans, je suis revenu à mes premières amours féériques et folkloriques, donc aux fées et aux lutins. J’ai terminé un premier livre qui est Songes d’une nuit de fées, je l’avais écrit pour la naissance de ma fille voici deux ans et cela m’a beaucoup plu.

J’ai donc relancé d’autres projets. Il y en a deux qui sont parus, Songes, et un livre jeunesse : L'Hôpital des fées, pour expliquer par le biais de l'imaginaire féerique le monde de l'hôpital aux enfants.

 

L'hôpital des fées

J’ai une vingtaine de livres en cours de création et d’illustration, la plupart pour la jeunesse. Un recueil de contes avec Sylvie Druart, quelques livres axés nature et fées, car pour moi les fées, la féerie ne se conçoivent pas hors du contexte nature. Je travaille aussi avec Pascal Izac sur la réécriture d'un vieux journal, un truc tout pourri qu'un sympathique monsieur nous a confié suite à la parution de Songes. C'est un travail minutieux, il faut rester fidèle aux écrits de l'auteur mais comme pas mal de pages sont illisibles, on doit faire les raccords, mais c'est passionnant et féerique, bien entendu !

Enfin, il y a Peuple féerique qui me demande un suivi quotidien. Petit à petit, je complète les informations sur la féerie, principalement française et belge, un peu la Suisse aussi.

 T.V. : Merci bien pour  toutes ces information ! Et au plaisir de se recroiser sur un autre salon bien sûr !

 R.E :  Merci à toi !

 
Accueil Rencontres Écrivains Richard Ely 24-05-10